Responsabilité sociétale

La définition et le pilotage de la responsabilité sociétale de l’université de Bordeaux est en cours d'élaboration. Manuel Tunon de Lara en explique l'enjeu en trois questions / réponses.

A travers cette démarche, quelle est votre ambition ?

Dès la création de l’université de Bordeaux en 2014 et dans le cadre du plan stratégique (U 25) que nous avons ensuite élaboré, nous nous sommes demandé quelle université nous souhaiterions devenir dans 10 ans. Il est apparu qu’au-delà des réponses classiques sur l’excellence et la valorisation de la recherche, l’ambition internationale ou l’innovation dans les formations, la question du rôle de l’université de Bordeaux au sein de la société, de son territoire et vis-à-vis de ses partenaires était essentielle.

Nous engager en matière de responsabilité sociétale est un enjeu fondamental.

Manuel Tunon de Lara — Président de l'université de Bordeaux

Au-delà des missions définies dans le code de l’éducation, nous avons pour devoir d’aider nos citoyens et nos étudiants à se projeter dans l’avenir. Cet engagement doit rassembler l’ensemble de notre communauté universitaire afin que cette responsabilité soit prise en compte dans toutes nos activités.

Quelles sont concrètement les actions qui vont être mises en place ?

La première étape de cette démarche, encore assez inédite en France avait pour objectif l’élaboration d’une charte qui définit et précise le périmètre de cette responsabilité. Ce texte, intitulé « charte pour une université de Bordeaux socialement responsable » porte nos valeurs fondamentales et rappelle les principes qui sont les nôtres dans plusieurs domaines tels que léthique professionnelle, l’ouverture à la société, le civisme et la solidarité, l’attention portée aux personnes…

L’objectif dans un premier temps est que chacun de nous prenne acte de ces faits, s’en imprègne. Puis, nous réfléchirons aux conditions de mises en œuvre opérationnelles de ces recommandations afin de faire en sorte que cette charte ne reste pas un condensé de vœux pieux.

Justement, parmi ces recommandations, quels sont les sujets prioritaires ?

Cette démarche prend sa force dans une globalité. Chaque sujet est important et dépendant des autres. 

Ce projet doit, et va créer une véritable dynamique. Des groupes de travail participatif vont se mettre en place autour de thématiques spécifiques. Cela va prendre du temps et nécessiter du recul. Il ne s’agit pas de répondre à cette problématique de façon superficielle. Le rôle et la place qu’occupe désormais l’université de Bordeaux dans le paysage de l’enseignement supérieur et de la recherche font de sa responsabilité sociétale un enjeu d’autant plus important auquel nous devons répondre.

Mise à jour le 23/11/2017