Vers la maitrise des coûts énergétiques

L’université de Bordeaux initie une démarche volontariste de mutation de son parc immobilier pour une gestion raisonnée de l’eau et une réduction des gaz à effets de serre. Intitulé "engagement énergie eau", ce projet est porté par l’université de Bordeaux. L’ensemble des partenaires du campus bordelais y sont associés avec le soutien de la Caisse des Dépôts et des consignations. Entretien avec Manuel Tunon de Lara, président de l’université de Bordeaux.

  • 19/02/2016

Qu'est-ce que la démarche "engagement  énergie eau" des établissements universitaires ?

Manuel Tunon de Lara. A l’heure de la COP 21, il est indispensable que les universités participent aux enjeux mondiaux de réduction des effets de serre et à la préservation des ressources naturelles.
La prise en compte du développement durable à l’échelle des campus est facteur d’attractivité et de compétitivité. A l'image de grands campus nationaux et internationaux, l'université de Bordeaux s'empare de ce sujet avec comme ambition de réduire l’empreinte environnementale de son parc immobilier.
Avec le soutien de la Caisse des Dépôts et des consignations, l’université de Bordeaux a donc initié une démarche volontariste de mutation de son parc immobilier vers plus de sobriété en énergie et en eau. Cette démarche associe l’ensemble des partenaires du campus bordelais : l'université de Bordeaux, le CROUS, l'Université Bordeaux Montaigne, Bordeaux INP, Sciences Po Bordeaux ainsi que Bordeaux Sciences Agro.
Ce projet commun, piloté par l’université de Bordeaux, est très important par sa dimension avec près de 280 bâtiments et 75 0000 m², mais aussi par ses enjeux. Il aboutira à l'élaboration d'un schéma directeur, avec comme fils conducteurs, trois enjeux majeurs:

  • réduire significativement les émissions de gaz à effet de serre. En France les trois quarts de ces émissions sont liées à la consommation d’énergie. C’est donc avant tout sur ce sujet, que nous devons agir;
  • réduire la facture énergétique;
  • préserver la ressource en eau.

Cette phase d'étude aboutira en fin d'année sur un plan pluriannuel d'intervention à l'échelle de chaque bâtiment du projet. Nous serons donc tous concernés par cet "engagement énergie eau" sur nos lieux de travail, de restauration et au delà dans les logements étudiants. Une charte d'engagement avec des objectifs chiffrés sera signée dans les semaines qui viennent avec l'ensemble des établissements.

Pourquoi engager une telle démarche des établissements sur notre territoire en particulier ?

MTL. En France, l'immobilier est le plus gros consommateur d’énergie et le parc universitaire aquitain était en 2010 au 4ème rang des plus énergivores. A titre de comparaison, avec les établissements membres du projet, nous émettons par an l'équivalent CO² de 20 000 vols Bordeaux - New-York. La consommation en eau est de l’ordre de 80 piscines olympiques par an. C'est beaucoup trop... Notre patrimoine immobilier qui date en grande partie des années 60 et 70, est en cours de mutation en particulier avec d'importants travaux de renouvellement de l'opération Campus mais cela ne suffit pas. Notre volonté est de poursuivre l’effort en agissant sur l'ensemble des leviers à notre disposition:

  • la qualité intrinsèque des bâtiments bien entendu, pour permettre en particulier l'amélioration du confort thermique;
  • la gestion technique des installations pour améliorer leur rendement;
  • le développement des énergies renouvelables sur les campus et le partage de ces énergies;
  • l'achat d'énergie dite verte dont l'origine n'est pas fossile;
  • la participation active de chacun.

Comment concrètement cela va-t-il impacter ou impliquer les étudiants et les personnels des établissements ?

MTL. Le projet donne un rôle majeur à l'humain. La prise de conscience collective sur les enjeux environnementaux doit se traduire par des actions au quotidien sur nos lieux de vie et dans nos activités.
L'université doit être exemplaire devant cette prise de conscience. Afin de mobiliser le plus grand nombre sur le projet, trois actions sont déjà à l’étude:

  • un appel à manifestation d’intérêt auprès des enseignants et enseignants chercheurs pour identifier des projets de collaborations possibles entre leurs domaines d'enseignements et la direction immobilière de l'université dans le cadre de ce projet;
  • la mise en place de groupes de discussions dans les bâtiments afin que chacun puisse prendre conscience de son environnement de travail d'un point de vue environnemental;
  • la mise en place d’une participation des étudiants dans la réduction des consommations au travers d’appels à projets avec intéressement aux économies réalisées (aides aux associations ou autres modes de reconnaissance).

Au sein de votre établissement, existe-t-il déjà des initiatives ou des actions particulières visant à réduire l'impact sur l'eau et l'énergie ?

MTL. En premier lieu, l'Opération Campus est un projet majeur dans le renouvellement d'une partie de nos immeubles. Les travaux en particulier sur l'enveloppe des bâtiments et sur les équipements doivent fortement réduire la consommation d'énergie thermique sur le campus. D'ailleurs, il est important de signaler que sur le campus de Talence, une chaufferie bois et un système de cogénération (production de calorie et d’électricité) alimentent le réseau de chaleur.
Les actions engagées sur l'achat de l’électricité nous permettent depuis cette année de bénéficier d'un pourcentage d'énergie "verte" de la part du fournisseur.
Nous engageons la mise en place d'un plan de comptage global sur l’établissement qui nous permettra de mieux connaitre nos consommations par bâtiment et ainsi de mieux communiquer. L'université a également demandé et obtenu le soutien de l’État dans le cadre du CPER 2016-2020, pour la réalisation du programme d'actions énergie-eau et le financement des premiers projets techniques sur ces sujets.
La force de l"engagement énergie eau" est de mobiliser l'ensemble des acteurs (étudiants, enseignants, chercheurs, personnels, professionnels de l'immobilier et exploitants) pour faire entrer l'université dans un cercle vertueux: des économies sur les consommations pour financer de nouvelles actions d'économie d'énergie. C'est un contrat de performance interne dont nous allons étudier la faisabilité avec le soutien de la Caisse des Dépôts et Consignations.

Contacter le référent

Thierry DECADT
Responsable du bureau développement et aide au pilotage immobilier

05 40 00 69 81
Contacter par courriel

Les établissements engagés dans la démarche

L'université de Bordeaux, Bordeaux INP, l'Université de Bordeaux Montaigne, le CROUS Bordeaux Aquitaine, Science Po Bordeaux et Bordeaux Science Agro s’unissent aujourd’hui pour s’engager dans une démarche volontariste d’élaboration et de mise en œuvre d’une stratégie de sobriété Eau/Energie.

La démarche et le calendrier du projet

Il s’agit d’une démarche participative ouverte à tous les acteurs des universités (étudiants, personnels, chercheurs, gouvernances, associations, collectivités/partenaires, etc.)

L'engagement de la CDC

La Caisse des Dépôts et des Consignations est aujourd’hui un partenaire majeur de la transition environnementale des établissements.

Le projet en un coup d'oeil